Hong Kong - Aukland

Après notre charmante escale à Hong Kong, nous embarquons une nouvelle fois dans le même avion pour un autre vol de 10 heures. Yupi.
Par contre, changement d'ambiance, l'avion est sur-blindé et plein de chinois ont fait leur apparition.
Notamment, mon voisin de siège, un vieux monsieur qui devait pas avoir trop l'habitude de prendre l'avion.
Exemple : à l'atterrissage, il a pas mis sa ceinture même quand l'hôtesse lui a demandé et en fait, il était carrément debout pour essayer de voir dehors par le hublot. Il a mis 3 plombes à ouvrir son yahourt parce qu'il a pas utilisé la languette prévue à cet effet, et d'ailleurs, il a mangé ledit yahourt avec sa fourchette...
Enfin, et c'est certainement ce qui m'a le plus fâché, quand je dormais, il a mis sa canette et son verre vides sur ma tablette pour rabattre la sienne... :O

M'enfin bref, j'avais d'autres soucis en tête, j'ai très mal dormi, et surtout très peu (forcément, la sieste de 5 heures à 15h, c'est pas évident pour ton corps qui n'est qu'humain...).
En plus, j'ai cru que mes jambes allaient exploser tellement elles étaient sur-gonflées.
J'ajouterai que grâce au système d'entertainement, j'ai eu l'immense honneur de regarder Twilight et je pense que c'est certainement ce qui m'a achevé !!! (hihihi).

Finalement, on se pose sur le sol néo-zélandais, mais le parcours du combattant n'est pas encore terminé...
On doit passer à l'immigration pour faire valider nos visas (après le coup de l'hôtesse de A!r New Zealand, j'étais pas rassurée...).
Heureusement, on tombe sur un pti jeune qui nous pose quelques questions et nous laisse passer sans même nous demander les papiers supplémentaires (assurance, preuve de fond, etc...).

Prochaine étape, récupérer nos bagages, franchement là aussi, je suis pas hyper confiante, surtout qu'à Paris j'ai dû laisser mon sac à dos (de 16 kg) sur un chariot parce qu'il était trop volumineux pour se faire embarquer par le tapis...
Mais je suis rapidement contredite par nos 2 sacs qui attendent gentiment leurs propriétaires sur le tapis roulant !

Enfin, dernière étape et pas la moindre, le passage de la dernière sécurité : le Biosecurity.
Il faut savoir qu'il ne faut rien de chez rien apporter en Nouvelle-Zélande ! Bois, Os, Plantes, Nourriture...
On nous demande même si on a des bottes ou des équipements de randonnée, au cas où on importerait des fourmis destructrice.
En réalité, je sais que l'éco-système néo-zélandais est très fragile et que beaucoup d'espèces sont endémiques, d'où leur côté protecteur, mais c'est vrai que quand on remplit la fiche d'arrivée, on a l'impression qu'on va tuer la faune et la flore, un peu comme quand on a l'impression d'être un terroriste en pénétrant le sol américain...
Bref, cette dernière étape est franchie et nous passons fièrement les portes de sortie de l'aéroport d'Auckland, respirant le bon air de la liberté.

Escale à HK

Bonjour tout le monde,

Un petit mot depuis Hong Kong où nous faisons une petite escale technique.
Nous profitons du Wifi gratuit pour se reconnecter à la réalité...
Je ne vais pas m'étendre sur le voyage pour l'instant, peut-être plus trad...
En tout cas, sachez qu'on va bien mais on a hâte que ça se termine...
Allez, plus que 10 heures !

A bientôt !

Vers l'infini et au-delà ! - Update

Et voilà, c'est le grand départ, dans quelques minutes, on quittera le chaleureux appartement d'Agnès et Clément (merci encore beaucoup pour votre accueil) en direction de l'aéroport pour de loooongues aventures et attentes.

Nous arrivons très très très en avance à CDG où nous nous enregistrons assez rapidement avec A!r France.
La bonne nouvelle c'est que nos bagages sont enregistrés jusqu'à Auckland, donc on aura pas à s'en inquiéter, c'est déjà ça.
Par contre, nous, nous devrons nous enregistrer une nouvelle fois avec A!r New Zealand une fois arrivés à Londres.
Le vol se passe très bien, à part un menu retard au décollage.
On arrive à Londres, on change de terminal et hop on trouve immédiatement le comptoir A!r New Zealand.
Là, micro arrêt cardiaque quand la dame nous dit qu'on ne peut pas entrer sur le territoire néo-zélandais si on est pas en possession d'un billet retour.
Horreur et damnation, mais on nous a rien dit ??
Je demande si c'est également le cas si on est en visa vacances-travail (j'étais entre larmes et supplications !!!) ?
Elle me dit que effectivement dans ce cas-là, c'est bon, tout en vérifiant que nous avons bien lesdits visas sur nos passeports.
OUF !!!! Je respire à nouveau !

S'en suivent 4 longues heures d'attente à errer dans les couloirs du terminal, dépenser mes quelques livres restantes.
On finit par monter dans le gros Boeing 747 qui nous emmènera jusqu'à Hong Kong.
On a de la chance, l'avion n'est pas complet, c'est calme et tranquille.
La nuit passe vite entre les repas, les films et surtout la bonne nuit de sommeil.