Et voilà, le grand jour est enfin arrivé !
On va explorer le parc Abel Tasman en kayak et à pied.
Mercredi matin, après une bonne nuit de repos, on va garer la voiture à l'abri des regards, puis on rejoint notre tour operator pour commencer notre périple.
On va d'abord choisir notre kayak en fonction de l'équipement qu'on emmène puis, notre instructeur nous expliquera les bases du kayak et les "que faire en cas d'urgence" puis nous distribuera le matériel nécessaire.
On apprend donc à mettre la jupe, le gilet de sauvetage, à manier la pagaie, ce qu'il faut faire si le kayak se retourne, et comment embarquer et débarquer sur la plage. Puis il nous met en garde contre les passages délicats dans le parc et enfin, on fait un test sur l'eau pour diriger notre kayak comme on le désire. Tout est prêt, on est paré, à nous la liberté de visiter le parc comme bon nous semble.

Le premier jour, on va donc explorer les îles Adele et Fisherman, on déjeune à Watering Cove avant de pagayer dur pour passer The Mad Mile, un des fameux passage dangereux.
On arrive enfin à Anchorage, notre camp pour la nuit. On plante la tente dans un endroit plus ou moins moelleux (on a fait les radins, on a pas loué de matelas en mousse...). Ouf, juste à temps car il se met à pleuvoir.
Et voilà le gros problème de notre séjour dans le parc, la pluie, le gris, groumpf...
La veille, lorsqu'on a réservé, on a demandé l'état de la météo pour les jour à venir et le gars nous a dit, "ouais c'est cool, pas de problème".
Malheureusement, on a pas la même idée de ouais, c'est cool. Pour lui ça devait vouloir dire, pas trop de vent et pas de tempête en vue, pour nous, c'est il fait beau, quoi !!!


Le lendemain, on repart toujours sous une couverture de nuage, on visite des îles, ou plutôt des cailloux qui accueillent des colonies de phoques, malheureusement, aucun n'a été pris de l'envie de venir nager autour de notre kayak...

On continue la journée, on déjeune sur une jolie plage à côté d'un cormoran puis, on arrive à notre camp de Onetahuti. C'est la limite nord du parc pour les kayaks, au-delà de cette limite, ça devient plus dangereux compte tenu de notre niveau d'expérience.
On "déséquipe" le kayak pour que la compagnie puisse le récupérer, demain, on marcher vers l'entrée du parc. Bye-bye kayak.
On plante la tente, on profite du micro rayon de soleil pour se poser et faire sécher les fringues humides. Mais l'éclaircie fut de courte durée, peu de temps après, il se remet à pleuvoir.
On commence à s'installer pour dormir, tant bien que mal sans matelas quand on entend des bruits à l'extérieur de la tente, un rongeur essaie de s'emparer de notre poubelle plastique qu'on a laisser devant l'entrée. Probablement un opossum !!! Jérôme était ravi de se relever pour découvrir la moitié de la poubelle étalé par terre !
Après cet épisode, on a eu du mal à se rendormir, c'est fou se qu'on se sent vulnérable dans une tente !

Dernier jour, à pied cette fois-ci. On devrait en avoir pour 4 à 5 heures de marche et le water taxi doit nous récupérer à 16h, donc on a le temps, mais le ciel se montre menaçant donc on préfère partir tôt pour se mettre à l'abri si besoin.
Eh bin, ça n'a pas raté ! A peine parti, la pluie nous est tombé dessus, plutôt fine donc ça va. C'est pas du crachin qui va faire peur à Jérôme !!!
Heureusement, on était dans la forêt et les arbres nous protégeaient un peu ! Au bout de 2 heures, on s'est mis à l'abri dans la cuisine du campement qu'on a traversé, ouf.
Ah oui, j'ai oublié de vous dire, comme des blaireaux, on avait pas pris de k-way, bah ouais, c'est une région ensoleillée normalement ! Les boulets, quoi !
On repart et la pluie s'arrête, c'est pas si mal finalement. Mais c'est beau de rêver, la pluie reprend de plus belle, on se motive, on se dit qu'on est bientôt arrivé au camp suivant et qu'on pourra déjeuner au sec dans un abri.
On arrive sur Torrent Bay et qu'est-ce qu'on trouve ? Un village ! Dans le parc national, il y a un village avec des maisons privées. On croit halluciné mais on continue pour essayer de s'abriter.
Après 15 minutes de déviation à cause du VILLAGE, on tombe enfin sur le camp de Torrent Bay, youpi !
Sauf qu'après une recherche minutieuse, on découvre avec horreur qu'il n'y a pas d'abri !!!!???
WHAT THE FUCK ?
Je pète un câble parce que je trouve ça inadmissible qu'il y ait un VILLAGE à 15 minutes de là avec électricité, eau courante, antenne satellite et tout le bordel et qu'il n'y ait même pas de shelter dans ce camp (alors que tout ceux qu'on a croisé avant en avait un...) !
Du coup, on a déjeuné sur une table de camping, sous la pluie, comme des clochards.
Après cette désagréable restauration, on est retournée à la plage de Torrent Bay, devant le VILLAGE pour attendre le water taxi.
Le nôtre est à 16h et il est 13h30, on espère pouvoir en prendre un plus tôt, mais on ne connaît pas leur système de réservation.
Comme ça, on peut se mettre à l'abri du vent en se mettant contre une falaise, la pluie s'est arrêté, on se change, et ça fait du bien de mettre des vêtements secs.
Malheureusement, on ne peut pas changer l'heure du bateau, donc on prend notre mal en patience et ce faisant, on constate que les nuages laissent place à du ciel bleu par là-bas au fond... Une heure plus tard, il fait beau partout au-dessus de l'eau et une heure plus tard, il fait beau partout !!! Les gens se découvrent peu à peu et certains vont même se baigner !
Finalement, notre bateau arrive et on rentre à la base sous un ciel magnifique, on a pu profiter du voyage retour pour voir les plages paradisiaque qu'on avait espérer voir dès le départ. Snif... Mauvais timing !
On retrouve le van avec grand plaisir (surtout Jérôme qui a très mal au dos...) et on profite du soleil pour enfin sécher toutes nos fringues mouillées !
Au final, le lendemain, il a recommencé à pleuvoir jusqu'à la fin de la semaine suivante, donc aucun regret sur le timing, il aurait fallu qu'on attende une semaine de plus au minimum. Tant pis, on reviendra une prochaine fois !
Voilà, par conséquent, pas beaucoup de photo parce que c'est tout gris mais de très bon souvenirs malgré tout et surtout la découverte que la kayak c'est bien cool !